"Les livres ne remplacent pas la vie, ils l'élargissent.
"Françoise Gasparri

jeudi 10 mars 2011

Un comtois en pays albigeois.

Serviteur du duc de Bourgogne, des papes Nicolas V et Pie II, de Louis XI, Jean Jouffroy est l’un des plus fameux bibliophiles de la fin du Moyen-Age.

Depuis plusieurs années, la cité épiscopale d’Albi, inscrite sur la liste du Patrimoine mondiale de l’Humanité, met en place de grandes expositions pour mieux connaître ses trésors du patrimoine écrit. L’exposition qui vient de fermer ses portes rendait hommage à un prince de l’église tout aussi méconnu en pays albigeois qu’en Franche-Comté, sa patrie d’origine. Jean-Jouffroy est né vers 1410 à Luxeuil. Son père, riche marchand et banquier, est l’un des hommes les plus influents de la cité bisontine. Jean fit ses premières études au monastère bénédictin de Luxeuil, puis à l’université de Dole, fondé par Philippe le Bon. Après avoir prononcé les vœux de l’ordre de Saint Benoît, il s’oriente vers l’étude du droit canon qu’il termine à Pavie avec le grade de « doctor iuris canonici ». C’est à la curie du pape Eugène IV (1431-1447) qu’il gravit les premiers échelons d’une carrière spectaculaire. Après s’être fait remarqué par son talent d’oratoire auprès du pape, il se met au service du duc de bourgogne et intègre en 1441, son Grand conseil ; il y tiendra un rôle influent pendant près de 20 années. Il sera entre autre le grand maître d’œuvre du concordat signé entre le duc de Bourgogne et le pape Nicolas V. Le 18 décembre 1461, Pie II publie la création de six nouveaux cardinaux, dont Jean Jouffroy. Une année après, il renonça à son évêché d’Arras, dans l’intention de l’échanger contre Besançon et Albi, qu’il osa demander tous les deux. Son projet n’aboutit pas et il se résigne à accepter Albi, qui ne représente que la moitié des revenus d’Arras. Dans la nuit du 24 au 25 novembre 1473, Jean Jouffroy succombe à une fièvre dans le prieuré de Reuilly(Indre). Il est inhumé dans la cathédrale d’Albi, en la chapelle de la Sainte-Croix. Outre son parcours d’homme d’église et de fin diplomate, on retiendra de ce grand prince, son goût pour les beaux manuscrits, pour la bibliophilie. L’ouvrage que publie la médiathèque d’agglomération Pierre-Amalric d’Albi en collaboration avec les éditions Silvana Editoriale, est bien plus qu’un simple catalogue d’exposition. C’est un ouvrage de référence sur ce personnage qui grand collectionneur, fut le premier prélat à introduire le livre italien de la Renaissance en France.

Toute sa vie durant, notre cardinal n’a cessé d’être un insatiable collectionneur de livre. Les dernières études ont permis d’identifier plus d’une centaine d’ouvrages lu appartenant, dont plus de 90 sont conservé à la bibliothèque vaticane. Parmi ces merveilles vous retrouverez dans cet ouvrage le Quintilien, de institutione oratoria, XVè siècle ; Homère, Odyssée et Iliade, Rome, 1461-1462, Stuttgart.


Le goût de la Renaissance italienne : Les manuscrits enluminés de Jean Jouffroy, cardinal d’Albi (1412-1473). Médiathèque d’Albi, 2010. 159 p. – Nombreuses illustrations. 28 euros.



1 commentaire:

alain a dit…

Bonjour,
merci pour ces notules

à propos de bibliophilie, j'aimerais savoir si l'association des bibliophiles comtois existe encore et sinon comment et quand elle à disparu ? le savez-vous

cordialement